Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs






descargar 251.04 Kb.
títuloPluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs
página2/3
fecha de publicación28.06.2015
tamaño251.04 Kb.
tipoDocumentos
l.exam-10.com > Historia > Documentos
1   2   3

Sarah Milliard– Etudiante en Master 2 Environnement et Paysage – 27 ans – Française (présidente du jury)

Silvina Bramardi – Etudiante en Littératures et Civilisations Etrangères – 24 ans – Italo-Argentine

Clémence Canet – Etudiante en Lettres et Histoire – 19 ans – Française

Célia Gratianne – Etudiante en Langue et Littérature – 19 ans – Française

Thibaut Notario – Etudiant à l’Institut d’Etudes Politiques – 22 ans - Français

Marie Soubiran – Etudiante en Langues, Littérature et Civilisations Etrangères – 18 ans - française
Films sélectionnés :

- No me ama de Martín Piroyanski (Argentine – 16mn - 2009)

- Teclópolis de Javier Mrad (Argentine – 12mn - 2010)

- A minha maneira de estar sozinho de Gustava Galvão (Brésil – 14mn - 2009)

- A montanha mágica de Petrus Cariry (Brésil – 13mn - 2009)

- A mulher biônica de Armando Praça (Brésil – 19mn - 2008)

- Recife frio de Kleber Mendoça Filho (Brésil – 24mn - 2009)

- Marina la esposa del pescador de Carlos Hernández (Colombie – 14mn30 - 2009)

- El reino animal de Rubén Mendoza (Colombie – 34mn - 2009)

les sections PARALLÈLES
otra mirada

Sélection de longs-métrages de fiction ou documentaires qui par leur traitement formel se distinguent comme étant particulièrement risqués ou radicaux.

Films sélectionnés :

- Castro de Alejo Moguillansky (Argentine - 2009)

- Todos Mienten de Matías Piñeiro (Argentine - 2009)

- La invención de la carne de Santiago Loza (Argentine - 2009) – Film issu de Cinéma en Construction

- Os famosos e os duendes da morte de Esmir Filho (Brésil - 2009)

- Rabioso sol, rabioso cielo de Julián Hernández (Mexique - 2009)

- Hiroshima de Pablo Stoll (Uruguay - 2009)

PANORAMA fiction

Sélection de longs-métrages de fiction de l’année en cours et de la précédente, inédits à Toulouse.

Films sélectionnés :

- Andrés no quiere dormir la siesta de Daniel Bustamante (Argentine - 2009)

- Antes que o mundo acabe de Ana Luiza Azevedo (Brésil - 2009)

- Los Angeles de Juan Baldana (Argentine - 2009)

- La buena vida de Andrés Wood (Chili - 2009)

- Cinco días sin Nora de Mariana Chenillo (Mexique - 2008)

- Los condenados de Isaki Lacuesta (Argentine/Espagne - 2009)

- Daniel y Ana de Franco Michel (Mexique - 2008)

- Gigante de Adrián Biniez (Uruguay - 2009)

- Macuro (la fuerza de un pueblo) de Hernán Jabes (Venezuela - 2009)

- Moloch tropical de Raoul Peck (Haïti – 2009) Film ARTE

- No meu lugar de Eduardo Valente (Brésil - 2009)

- Oveja negra de Humberto Hinojosa Ozcáriz (Mexique - 2009)

- La pasión de Gabriel de Luis Alberto Restrepo (Colombie - 2008)

- Rabia de Sebastián Cordero (Colombie - 2009)

- Rudo y cursi de Carlos Cuarón (Mexique - 2009)

- Vingança de Paulo Pons (Brésil - 2008)

- La Yuma de Florence Jaugey (Nicaragua - 2009) – Film issu de Cinéma en Construction

(RE)VOIR

Sélection de longs-métrages de fiction de l’année en cours et de la précédente, inédits à Toulouse.

Films sélectionnés :

- Amorosa soledad de Marin Carranza et Victoria Galardi (Argentine - 2008) Film issu de Cinéma en Construction

- La corne d’abondance de Juan Carlos Tabío (Cuba - 2008)

- A deriva de Hector Dhalia (Brésil - 2009)

- Huacho de Alejandro Fernández Almendras (Chili - 2009)

- Ilusiones ópticas de Sebastián Jiménez (Chili - 2009) – Film issu de Cinéma en Construction

- Liverpool de Lisandro Alonso (Argentine - 2008)

- La nana de Sebastián Silva (Chili - 2009) – Film issu de Cinéma en Construction

- Padre nuestro de Christopher Zalla (Argentine – 2008)

- Paisito de Ana Diez (Uruguay/Espagne - 2008)

- Dans ses yeux de Juan José Campanella (Argentine – 2009)

- Tetro de Francis Ford Coppola (États-Unis - 2009)

- La vida loca de Christian Poveda (Mexique - 2008)

DOCUMENTAIRES

Sélection de documentaires de l’année en cours et de la précédente, inédits à Toulouse.

Cette section est soutenue par la Librairie Terra Nova.
Longs-métrages sélectionnés :

- A ciel ouvert de Inés Compan (France/Argentine - 2010)

- El ambulante de Eduardo de la Serna (Argentine - 2009)

- L'Amérique Latine à la reconquête d'elle-même de Gonzalo Arijon (France - 2009) – Film ARTE

- L'arbre de la liberté de Maxence Denis (Haïti - 2004)

- El negocio del oro, cronica de un conflicto anunciado de Grégory Lassalle (Guatemala/France - 2009)

- Estela de Silvia Di Florio (Argentine - 2009)

- Five ways to Darío de Darío Aguirre (Equateur - 2009)

- La frontera infinita de Juan Manuel Sepulveda (2007 - 2009)

- Hotel Virreyes de Manuel Mendez (Mexique - 2010)

- Khanimambo Mozambique de Constance Latourte (Chili/Mozambique – 2009)

- País de los pueblos sin dueños de Mauricio Acosta (Colombie – 2009)

- Paraguay, mi tierra olvidada de Philippe Claude (Paraguay/France - 2009)

- Retrato de un antipoeta de Victor Jímenez (Chli - 2009)

- El sistema de Maria Stodtmeier et Paul Smaczny (Mexique - 2008) – Film ARTE 

La Tierra se Quedó

La tierra se quedó de Juan Sarmiento (Colombie - 2010)

- Toussaint Louverture : Haïti et la France de Laurent Lutaud (Haïti - 2005)

- Trópico da Saudade, Claude Lévi-Strauss e a Amazônia de Marcelo Fortaleza (Brésil/France - 2009)

- Villa el Salvador, les bâtisseurs du désert de Jean-Michel Rodrigo (France - 2009)
Courts-métrages sélectionnés :

- El futuro es hoy de Sandra Gomez (Cuba – 35mn - 2009)

- El peleador de Pablo Lozano et José Hernández (Cuba / République Dominicaine – 22mn - 2009)

- La grippe du laisser-faire de Mauricio Acosta et Arthur Rifflet (Mexique – 26mn - 2009)

- Oro verde de Ignacio Busquier (Argentine – 14mn - 2009)

- Honduras después del 28 de junio 2009 de Liliane Blaser et Lucía Lamanna (Honduras – 10mn - 2010)

- Chapa de Tatiana Toffoli (Brésil – 18mn - 2009)

- La patrona de Lizzette Argüelo (Cuba – 35mn - 2009)



COURTS-MÉTRAGES

- Émergence : les nouvelles formes, les nouveaux supports

En partenariat avec le Centre Culturel Bellegarde, Campus FM, Viernes Exhibitions, Ciné Esquema Novo et Toulouseblog.fr
Bruno Vianna : explorations technologiques et esthétiques
- > Ressaca de Bruno Vianna (Brésil – 2009 – Durée variable)

Ciné-concert performance, samedi 20 mars à 18h30 et mardi 23 mars à 18h30 au Centre Culturel Bellegarde.
Ressaca est l’histoire d’un adolescent qui grandit dans le Brésil des années 80, période de grandes instabilités politiques et économiques.

Le réalisateur monte en direct son film : à partir de séquences préalablement filmées, il choisit de faire succéder tel moment plutôt qu’un autre pour raconter son histoire, en interaction permanente avec le public. Parce que l’histoire d’un pays appartient à tous, qu’elle mérite d’être constamment reconstruite à travers la mémoire de chacun, cette démarche cinématographique prend tout son sens.
- > Invisibles de Bruno Vianna

Déambulation et réalité augmentée sur téléphone portable, mercredi 24 mars de 15h à 18h (point de rencontre pour la déambulation : cour de La Cinémathèque de Toulouse, accueil du public)

- Radar : un programme de différents pays d’Amérique Latine et soutenu par toulouseblog.fr

Films sélectionnés :

- Adieu Général de Luis Briceño (Chili – 6mn - 2008) – Film ARTE

- Es un Durhol de Mélanie Zerpa et Alexandra Wainberg (Venezuela – 10mn - 2009) – Prix Viart

- Introducción a la electrología de Thomas Frontroth (Argentine – 5mn - 2009) – Prix Concours Mélies

- Lucía de Niles Atallah, joaquín Cociña et Cristobál León (Chili – 3mn50 - 2007)

- Luis de Niles Atallah, joaquín Cociña et Cristobál León (Chili – 3mn50 - 2008)

- Vago rumores de mar en Zozobra de Julián Hernández (Mexique – 8mn - 2008)

- Te amo y morite de Jazmin López (Argentine – 13mn - 2009)

LES GRANDS RENDEZ-VOUS 2010
reperage : kleber mendonça filho

Programmation soutenue par toulouseblog.fr
Kleber Mendonça Filho est un réalisateur brésilien ayant déjà plusieurs courts-métrages à son actif.

Journaliste et critique de cinéma né à Recife, il commence à réaliser des films dans les années 90. Il s’empare de tous les genres (documentaire, fiction, expérimental…) et technologies (numérique, argentique, photographies fixes, animation, etc.). Ses courts-métrages ont reçu plus de 80 prix nationaux et internationaux et font de lui un véritable touche-à-tout de génie dont l’univers oscille entre fable et quotidienneté.

Films sélectionnés :

- A menina do algodão (Brésil – 8mn - 2003)

- Eletrodoméstica (Brésil – 22mn - 2005)

- Luz industrial mágica (Brésil – 6mn - 2008)

- Noite de sexta manhã de sábado (Brésil – 15mn - 2006)

- Recife frio (Brésil – 24mn - 2009)

- Vinil verde (Brésil – 13mn - 2004)


cinema de la diversité sexuelle, lgbt (LESBIEN, GAY, BI, TRANs)

En partenariat avec le mensuel Têtu




> Muestra de films LGBT

Longtemps quasi inexistante ou censurée, c'est une thématique qui s'est beaucoup développée au cinéma au cours de ces dernières années marquées par la libération des mœurs, l’évolution des comportements individuels et de la vie en société.
En Amérique Latine, continent réputé pour son machisme et son conservatisme en la matière, l'émergence de films à thématique sexuelle LGBT (lesbiennes, gay, bisexuels, transsexuels…) apparaît comme le revers de la médaille qui rend compte des profondes et rapides mutations culturelles et sociétales portées par les jeunes générations.
La manière dont le cinéma latino-américain parle de la diversité sexuelle n’est pas neutre, que les uns et les autres soient réprimés ou tolérés, les films portent la trace de regards différents. Des aspects purement cinématographiques et d’autres de nature plus politique font l’intérêt de cette production qui ouvre sur des questionnements qui nous interpellent.
Les auteurs abordent ces thèmes avec un regard libre et affranchi de préjugés. Il s'agit le plus souvent de productions indépendantes et alternatives. Cette franchise et parfois cette brutalité à traiter nos possibles, impossibles et non-dits ont souvent l'insolence de la jeunesse et disent à leur façon un certain état de la société et des valeurs qu'elle véhicule.
Ces films traitent du désarroi, de la douleur et de la solitude à laquelle les personnages se cognent, de l'incertitude et des émotions de ceux qui ne suivent pas la "norme" hétérosexuelle et sont aux prises avec leur propre identité sexuelle et sociale dans un monde en mouvement où ils ont du mal à s'inscrire.
Quand le cinéma s'empare ainsi d'un fait de société et d'histoires singulières il contribue à la reconnaissance de cette diversité sexuelle, à une prise de conscience collective et à prendre acte des modifications majeures de nos comportements pour penser le monde dans lequel nous vivons.
Longs métrages sélectionnés :
- Dzi croquettes de Tatiana Issa (Brésil - 2009)

- Fresa y chocolate de Tomás Gutiérrez Alea (Cuba - 1993)

- Glue de Alexis Dos Santos (Argentine - 2006)

- La león de Santiago Otheguy (Argentine - 2007)

- Ce lieu sans limites de Arturo Ripstein (Mexique - 1978)

- Madame Satã de Karim Aïnouz (Brésil - 2002)

- Plan B de Marco Berger (Argentine - 2009)

- Ronde de nuit de Edgardo Cozarinsky (Argentine - 2005)

- Tan de repente de Diego Lerman (Argentine - 2002)

- Vil romance de José Campusano (Argentine - 2008)

Courts-métrages sélectionnés :
- Amor crudo de Martin Deus et Juan Chappa (Argentine - 15mn - 2008)

- Nocturno de Martin Deus et Thiago Carlan (Argentine - 3mn - 2007)

- El reloj de Marco Berger (Argentine – 15mn - 2008)

- Tà de Felipe Sholl (Brésil - 5mn - 2007)

- Os sapatos de Aristeu de Tatiana Toffoli (Brésil - 17mn - 2008)

> Gros plan : Julián Hernández

Le réalisateur mexicain Julián Hernández est sans doute l'icône du cinéma "gay". Il a remporté par deux fois le Teddy Bear, qui récompense les films à thème "gay" au Festival International de Cinéma de Berlin.

Julián Hernández fait partie, aux côtés de Carlos Reygadas, Amat Escalante, Fernando Eimbcke, de cette génération de réalisateurs qui, dans les années 2000, ont révolutionné le cinéma mexicain par leur foi en l’expressivité d’un cinéma travaillé dans sa forme. Il en résulte une nouvelle esthétique reposant chez Julián Hernández sur une idée romantique et métaphysique de la passion amoureuse et du désir.
Films sélectionnés :

- El cielo dividido de Julián Hernández (Mexique - 2006)

- Mil nubes de paz cercan el cielo, amor, jamás acabarás de ser amor de Julián Hernández (Mexique - 2003)

- Rabioso sol, rabioso cielo de Julián Hernández (Mexique - 2009)
- Bramadero de Julián Hernández (Mexique – CM - 2003)

Mexique : cinema independant et contemporain

Avec le soutien de l’IMCINE, Secretaría de Relaciones Exteriores (SER), Secretaría de Educación Pública, Instituto Cultural de México, CONACULTA
Le cinéma indépendant mexicain s'affirme depuis quelques années comme un mouvement de plus en plus important qui révèle chaque année de jeunes cinéastes au talent prometteur et nous réserve de bonnes surprises.
Carlos Reygadas, bien qu'il s'en défende, est le chef de file de ce jeune courant dont l'univers est le plus souvent centré sur la réalité sociale noire et sans perspectives dans laquelle évoluent les Mexicains.
Japón et Batalla en el cielo ont catapulté Reygadas sur la scène internationale et amorcé un mouvement esthétique dans le cinéma mexicain. La société de production et de distribution de Reygadas, Mantarraya Films en est le vecteur principal. Il a été rejoint par Amat Escalante (Sangre, Los bastardos), Fernando Eimbcke (Temporada de patos, Lake Tahoe), Israel Cárdenas (Cochochi) y Pedro González Rubio (Alamar), entre autres auteurs attirés par des choix esthétiques et artistiques innovants : le naturalisme, les acteurs non professionnels, le registre du drame humain dans ses manifestations les plus quotidiennes, la charge poétique de l’image, la structure narrative.
Singularité, radicalité, originalité qualifient ces films aux antipodes des formules maintes fois répétées et des moules conventionnels du cinéma mexicain. Les sujets et les ressources stylistiques se sont diversifiés, et prennent des distances avec les trames anciennes plus solennelles.
Familia tortuga, premier long-métrage d’un jeune réalisateur, Rubén Imaz, est un exemple éloquent de cette situation ainsi que Gerardo Naranjo, qui parvient à financer son film Drama/Mex, sans aide gouvernementale, à base d’aides amicales, dons de négatif, tirage, caméras et prêt de matériel.

Plus récemment encore, Nicolas Pereda et Yulene Olaizola ont su nous étonner l’un avec ¿Dónde están sus historias? et Perpetuum mobile, l’autre avec Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo.
Films sélectionnés :

- Alamar de Edro González Rubio (Mexique - 2009)

- Amours chiennes de Alejandro Iñárritu (Mexique - 2000)

- Batalla en el cielo de Carlos Reygadas (Mexique - 2005)

- Cochochi de Israel Cárdenas (Mexique - 2007)

- Daniel y Ana de Michel Franco (Mexique - 2008)

- Drama/Mex de Gerardo Naranjo (Mexique - 2006)

- ¿Dónde están sus historias? de Nicolás Pereda (Mexique - 2007)

- Familia Tortuga de Rubén Imaz Castro (Mexique - 2006)

- Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo de Yulene Olaizola (Mexique - 2008)

- Japón de Carlos Reygadas (Mexique - 2002)

- Parque Vía de Enrique Rivero (Mexique - 2008)

- Perpetuum mobile de Nicolás Pereda (Mexique - 2009)

- Sangre de Amat Escalante (Mexique - 2005)

- Temporada de patos de Fernando Eimbcke (Mexique - 2004)

- Le violon de Francisco Vargas (Mexique - 2005)
HISTOIRE, MÉMOIRE et cinéma :

En partenariat avec l’Institut Pluridisciplinaire d’Études sur l’Amérique Latine de Toulouse (IPEALT) et le Consejo Europeo de investigaciones sociales de América Latina (CEISAL).

Avec le label « 2010 : célébration du bicentenaire des Indépendances de l’Amérique Latine », CulturesFrance

> BICENTENAIRE DES INDEPENDANCES EN AMERIQUE LATINE

Entre 1808 et 1826, après trois siècles de domination, le continent américain, métissé par le sang et la culture, s’est émancipé des puissances coloniales du vieux continent, l’Espagne et le Portugal. De la Californie au Cap-Horn, naissent des États indépendants qui configurent l’actuelle mosaïque d’Amérique Latine
Modèles à suivre, la déclaration d’Indépendance des États-Unis et la Révolution française ont apporté un support idéologique aux conflits. La diffusion des idéaux libéraux et révolutionnaires et les liens avec les loges maçonniques ont exercé une influence notable dans les choix intellectuels et politiques des principaux chefs de l’indépendance, los Libertadores (Les Libérateurs). Simón Bolívar (la Nouvelle Grenade et le Venezuela) le « George Washington d’Amérique du Sud » est l’un des plus grands généraux d’Amérique du Sud avec José de San Martín (Argentine, Chili), Francisco de Miranda (Venezuela), Joaquim José da Silva Xavier, Tiradentes (Brésil), José Gervasio Artigas (Uruguay), Miguel Hidalgo, Bernardo O’Higgins et Manuel Rodríguez (Chili), Túpac Amaru (Pérou), José Marti surnommé « El Apostol » (Cuba) ont fait circuler le vent de la liberté et de la démocratie qui soufflait alors sur le monde.
Simón Bolívar, « El libertador », est sans doute la figure dominante de ces processus d’indépendance. Il a conçu un projet de libération pour tout le continent latin et engendré une vraie mythologie. Pas une ville d’Amérique du Sud qui n’ait une place, une avenue, une grand’rue à son nom. Il est partie intégrante de l’Histoire Universelle.
La création cinématographique s’est pourtant peu inspirée de ces gestes historiques et a parfois été marquée par des intentions didactiques, la glorification des héros et un patriotisme plutôt élémentaire. La fiction a cependant apporté des films aujourd’hui considérés comme des classiques du cinéma, mais ce sont surtout les documentaristes qui ont assumé le devoir de mémoire historique avec un regard plus lucide et critique.
À l’occasion du bicentenaire des indépendances dans un certain nombre de pays, de nouvelles créations vont voir le jour et apporteront un regard différent à la lumière des événements actuels dans un continent en pleine mutation, une « Amérique Latine à la reconquête d’elle-même » avec ses nouveaux leaders, présidents progressistes que sont Hugo Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie, Lula au Brésil, Rafael Correa en Équateur, José Mujica en Uruguay.
Films sélectionnés :

- Bolivar, sinfonía tropical de Diego Rísquez (Venezuela – 1942)

- Les conspirateurs (O Inconfidentes) de Joaquim Pedro de Andrade (Brésil – 1972)

- El húsar de la muerte de Pedro Sienna (Chili – 1925)

- Fuego de libertad de Miguel Huarina (Bolivie – 2009)

- Manuela Sáenz de Diego Rísquez (Venezuela – 2001)

- 1809 - 1810 mientras llega el día de Camilo Luzuriaga (Equateur – 2005)

- El santo de la espada de Leopoldo Torre Nilsson (Argentine – 1970)

> 1910/2010 … À 100 ans d’une révolution : la revolution mexicaine

La Révolution (1910-1917) et les luttes pour l’Indépendance sont deux épisodes historiques constituants de la nation mexicaine.

La Révolution mexicaine concomitante du développement du cinéma et de la photographie profitera de ces nouvelles technologies et sera l’un des événements sociaux les mieux documentés de ce XXe siècle débutant.
Cette étape cruciale et déterminante a été traitée par le cinéma, national et international, sous forme d’images d’archives, de fictions et de documentaires.
Salvador Toscano, pionnier du cinéma mexicain, à l’instar d’autres opérateurs de l’époque, a filmé entre 1897 et 1923 de nombreuses scènes autour des convulsions sociales lors du mandat de Porfirio Díaz. Elles ont été en partie rassemblées en 1950, par sa fille, Carmen Toscano dans un documentaire : Memorias de un Mexicano. Le film remporte l'Ariel d'or du Meilleur Film d'Intérêt National. Un cinéma politique d'actualité voit ainsi le jour.
Pancho Villa et Emiliano Zapata, les deux protagonistes de cette Révolution, en sont les figures emblématiques et symbolisent la révolte et l’insoumission. Ils ont inspiré le personnage du bandit au grand cœur que l’on retrouve dans nombres de fictions déclinées sous de multiples facettes.
Réalisateur incontournable du cinéma mexicain des années 30, Fernando de Fuentes met en scène avec clairvoyance et esprit critique les enjeux de la Révolution dans sa trilogie (El Prisionero 13, El Compadre Mendoza, Vámonos con Pancho Villa), tournée entre 1933 et 1936 et aujourd’hui restaurée.
Fier de son origine indigène et symbole du cinéma mexicain de  l’âge d’or (années 40), Emilio « El Indio » Fernandez associé au grand Gabriel Figueroa, responsable de la photographie, et aux stars, réalisera de vrais succès populaires de qualité liés à la période de la révolution comme Enamorada (Amoureuse, 1946) avec l’étoile montante María Félix et Pedro Armendáriz.
Ce n'est que deux décennies plus tard qu'un certain nombre d'auteurs aborderont ce conflit sous d’autres points de vue : La Sombra del Caudillo de Julio Bracho (1960), qui fut interdit pendant trente ans pour sa critique implicite du caudillisme post-révolutionnaire, La Soldadera de José Bolaños (1966), El Principio de Gonzalo Martinez Ortega (1973), Reed, Mexico insurgente de Paul Leduc (1973).
Enfin, un regain d’intérêt pour l’insurrection à travers les mouvements zapatistes et les guerillas indigènes réactualise le thème dans des films documentaires.
Films sélectionnés :

- El compadre Mendoza de Fernando de Fuentes (Mexique - 1934)

- Como agua para chocolate de Alfonso Arau (Mexique - 1992)

- Enamorada de Emilio Fernández (Mexique - 1946)

- Memorias de un mexicano de Carmen Salvador Toscano (Mexique - 1950)

- El prisionero trece de Fernando de Fuentes (Mexique - 1934)

- Reed, México insurgente de Paul Leduc (Mexique - 1973)

- Los rollos perdidos de Pancho Villa de Gregorio Rocha (Mexique -2006)

- La sombra del caudillo de Julio Bracho (Mexique – 1960)

- Suertes, humores y pequeñas historias de la independencia y la revolución (cortos animados del bicentenario) de Luis Téllez, Karla Castañeda, Rigoberto « Rigo » Mora, René Castillo et Rita Basulto (Mexique – 2010)

- Vámonos con Pancho Villa de Fernando de Fuentes (Mexique - 1936)

- Viva Zapata de Elia Kazan (Mexique - 1952)

et aussi :

TOULOUSE TANGO

En partenariat avec l’association Tangueando.
Films sélectionnés :

- El último aplauso de German Kral (Argentine - 2009) FILM PRÉCÉDÉ D'UNE DÉMONSTRATION DE TANGO PAR L'ASSOCIATION TANGUEANDO ET DU COURT-MÉTRAGE "MILONGA"

- Tangueando, le film de Daniel Cobarrubias et Carmen Porras (France - 2009) FILM PRÉCÉDÉ DU COURT-MÉTRAGE "MILONGA", SÉANCES EN PRÉSENCE DES RÉALISATEURS

- El tango (7), le tango contemporain de Martín Borteiro (Argentine - 2000)

- Carlos gardel el mago de Martín Borteiro (Uruguay - 2006)
- Milonga de Jennifer Nicolas (France - 2mn - 2009)
jeune public

En partenariat avec La Mairie de Toulouse - Direction du développement culturel, les Centres Culturels Bellegarde et Alban Minville, la Médiathèque José Cabanis et le Cinéma ABC.

Remerciements : L'Atelier Multimédia Bellegarde, le centre de loisirs d’Alban Minville, l’association Avanti Populo, tous les centres de loisirs participants et les bénévoles de l’ARCALT.
Dans le cadre des 22es Rencontres Cinémas d’Amérique Latine, l'ARCALT propose pour la troisième année une programmation Jeune Public.

Huit petits films et dessins animés seront proposés aux enfants qui pourront découvrir des histoires venues du Mexique, du Brésil et du Chili. Les aventures des personnages leur parleront de la vie quotidienne des enfants de leur âge en Amérique latine, semblable et différente à la fois. Jouer, aller à l’école, se promener dans la forêt, combattre les monstres du placard, écouter les récits de son grand-père ; comment cela se passe-t-il de l’autre côté de l’Atlantique ?

Les films en langue originale (espagnol, portugais, langues indigènes) seront doublés en français.

Le festival, c’est aussi la fête et la convivialité ; le cinéma sera suivi de goûters animés aux saveurs latino-américaines.

> Retrouvez tous les détails de cette programmation sur le site des Rencontres (www.cinelatino.com.fr

Cinéma en région

En partenariat avec La Dépêche du Midi, l’ACREAMP, et Mobilib

Remerciements : Toutes les salles de cinéma participantes, Sophie Dulac, Bodega films.
Les Rencontres de Toulouse donnent l’impulsion aux salles de cinéma de la région Midi-Pyrénées pour créer l’événement autour du cinéma latino-américain : en mars-avril, 50 salles programment des cycles, des avant-premières, reçoivent des réalisateurs, montent des animations, organisent des séances scolaires... L’ARCALT favorise ainsi la diffusion et la promotion de 30 films distribués.
Cristián Jiménez, réalisateur, et Eduardo Paxeco, acteur, accompagneront le film :

- ILUSIONES ÓPTICAS (Chili, sortie nationale le 03 février 2009, distribution : Sophie Dulac, lauréat de Cinéma en Construction 15) dans les salles suivantes :

Agen (Les Montreurs d’image), Albi (L’Athanor), Auch (Ciné 32), Blagnac (Le Rex), Brive (Le Rex), Cahors (l’ABC), Figeac (Centre culturel), Marmande (Le commedia), Mourenx (Le Gabizos), Muret (Le Mermoz), Pau (Le Méliès), Plaisance du Touch (Ecran 7), Toulouse (L’ABC), Tournefeuille (Utopia) et Vic Fezensac.
Ana Díez, réalisatrice, accompagnera son film :

- PAISITO (Uruguay/Espagne, sortie nationale le 17 mars 2009, distribution : Bodega films) dans les salles suivantes :

Auzielle (Studio 7), Foix (L’Estive), Gaillac (L’Olympia), L’Isle Jourdain (L’Olympia), Paris (Le Nouveau Latina), Ramonville (L’Autan), Toulouse (L’ABC).
- LES FILMS EN CIRCULATION EN RÉGION

PAISITO de Ana Diez, Uruguay/Espagne) - Scolaires : lycées

EL CUERNO DE ABUNDANCIA de Jean Carlos Tabío (Cuba) - Scolaires : collèges et lycées

DANIEL Y ANA de Michel Franco (Mexique

ILUSIONES OPTICAS de Cristián Jiménez (Chili)

LA BUENA VIDA de Andres Wood (Chili)

VIL ROMANCE de José Celestino Campusano (Argentine)

EL HUACHO de Alejandro Fernández Almendras (Chili/France/Allemagne)

LA NANA de Sebastián Silva (Chili)

LA VIDA LOCA de Cristian Poveda (Salvador/Colombie/Espagne)

SIN NOMBRE de Cary Fukunaga (Mexique/USA)

PARQUE VÍA d’Enrique Rivero (Mexique)

AMOROSA SOLEDAD de Victoria Galardi (Argentine)

Et, en reprise pour les scolaires :

PIÈCES DÉTACHÉES (Partes usadas) de Aarón FERNANDEZ (Mexique) - Scolaires : collèges et lycées

POSTALES DE LENINGRADO de Mariana RONDÓN (Vénézuela) - Scolaires : collèges et lycées
- LES SALLES DE CINÉMA PARTICIPANTES

Haute-Garonne : Auterive (L'Oustal) / Auzielle (Studio 7) / Blagnac (Ciné Rex) / Carbonne / Castanet (ciné 113) / Cazères / Colomiers (Le Central) / Fronton / Grenade (Le Foyer) / Luchon (Le Rex) / Monclar / Muret (Le Mermoz) / Quint / Ramonville (L'Autan) / Rieumes / Saint Gaudens (Le Régent) / Tournefeuille (Utopia) / Villefranche de Lauragais

Ariège : Foix (Scène Nationale L’Estive) / Ariège image

Aveyron : Decazeville (La Strada)

Gers : Auch (La Fayette) / Condom (C32 Gascogne) / Fleurance (Grand Angle) / Isle Jourdain (Olympia) / Lectourne (Le Sénéchal) / Marciac / Nogaro (Théâtre municipal) / Samata

Lot : Cahors (Quercy) / Cahors (ABC) / Gourdon (L’Atalante) / Bretenoux (Robert Doisneau) / Figeac (Cinétoile)

Haute-Pyrénées : Tarbes Ibos (Le Parvis)

Tarn : Albi (L’Athanor) / Gaillac (L’Olympia) / Rabastens (La Halle)

Tarn et Garonne : Montauban (EIDOS)

Lot et Garonne : Agen (Les Montreurs d'images) / Marmande (Le Comédia) / Monsempron-Libos (Le Liberty) / Sainte Livrade (l'Utopie) / Tonneins (Le Rex)

Dordogne : Sarlat (Le Rex)

Corrèze : Brive (Le rex) / Tulle (Le Palace) / La Souterraine

Pyrénées Atlantiques : Pau (Le Mélies), Mourenx (Le Gabizos)
rencontres scolaires

En partenariat avec Le Rectorat de l’Académie de Toulouse, l’Inspection Académique de la Haute-Garonne, SAFCO et le magazine Vocable Espagnol.

Remerciements : L’association Avanti populo, Canal U, El Caminito, La Maquina tanguera, le Cinéma ABC, le Centre culturel Bellegarde, les artistes exposants, Odile Montaufray et l’équipe pédagogique de l’ARCALT.
> Retrouvez sur le site des Rencontres (http://www.cinelatino.com.fr) :

- La liste des films et des accompagnements pédagogiques

- Les activités culturelles et pédagogiques

- L’accueil des classes

- Le jeu-concours de traduction
formation sur le cinéma latino-américain à destination des enseignants

À l’attention de 25 enseignants de collèges et de lycées et stagiaires IUFM toutes disciplines (espagnol, histoire-géographie, DNL et audio-visuel prioritaires), jeudi 4 mars 2010.

> Retrouvez tous les détails sur le site des Rencontres (http://www.cinelatino.com.fr)
SENSIBILISATION DU PUBLIC etudiant

En partenariat avec Le service culturel du CROUS, le CIAM, l’ETPA, la bibliothèque de l’ENSEEIHT

Remerciements : Les étudiants relais au sein des BDE et des BDA.
> Retrouvez tous les détails sur le site des Rencontres (http://www.cinelatino.com.fr)

LES rendez-vous profeSsionnels
Cinéma en Construction - 25 et 26 mars 2010
Ce rendez-vous biannuel organisé conjointement par deux festivals (Toulouse et San Sebastián en Espagne) de deux pays européens a pour objectif de contribuer à l'achèvement de longs-métrages de fiction latino-américains qui rencontrent des difficultés à l'étape de post-production. Une sélection de films inachevés sera présentée exclusivement à des professionnels du cinéma qui peuvent contribuer de manière décisive à faire parvenir ces œuvres jusqu'au public.
Cinéma en Construction 17 Toulouse

Les jeudi 25 et vendredi 26 mars 2010
6 films latino-américains en recherche de financement complémentaires seront présentés à Toulouse à une centaine de professionnels.

Films sélectionnés à Cinéma en Construction 17 Toulouse :

- Ciencias morales de Diego Lerman (Argentine)

- Lucía de Niles Jamil Atallah (Chili)

- Los colores de la montaña de Carlos César Arbeláez (Colombie)

- Distancia de Sergio Ramirez (Guatemala)

- Asalto al cine de Iria Gomez (Mexique)

- A tiro de piedra de Sebastián Hiriart (Mexique)
Deux prix seront remis :

Le Prix Cinéma en Construction Toulouse
Le film primé par les partenaires du Prix Cinéma en Construction Toulouse bénéficie :

> d’une bourse d’un montant de 10.000 € attribuée par le Centre National de la Cinématographie (CNC) destinée à financer des travaux de post-production en France,

> de prestations sonores, montage ou mixage, offertes par Mac’Tari,

> du sous-titrage d’une première copie, traduction et gravage, par Titra Film,

> la Caisse Centrale d’AcTIVITÉS SocialeS DU PERSONNEL DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES (CCAS) offre une résidence de 4 semaines au lauréat pour qu’il puisse assurer la post-production ou la promotion du film en France,

> la CICAE (réseaux de 2.000 salles de cinéma d’art-et-essai dans le monde) et Europa Distribution (réseau de 60 distributeurs indépendants européens) s’engagent à promouvoir le film dans leurs réseaux respectifs,

Par ailleurs, la FNAC accompagnera la sortie du film en France.
Nouveau prix : Le Prix spécial « CINÉ CINÉMA » en Construction Toulouse
CINÉ CINÉMA qui défend depuis longtemps la diffusion d'un cinéma d'auteur en direction d'un large public, s'implique aux côtés de Cinéma en Construction pour soutenir la finition d'un des films sélectionnés à Toulouse et encourager la diffusion des films latino-américains en France. La Chaîne garantit au film qui recevra le prix spécial CINÉ CINÉMA en construction son achat par la chaîne pour un montant de 15.000 euros et sa diffusion sur l’antenne.

Ce montant sera versé au distributeur sous réserve que le film fasse l'objet d'une exploitation commerciale en salle sur le territoire français dans les deux ans suivant la projection du film dans le cadre de Cinéma en Construction.
Le Conseil Régional Midi-Pyrénées soutient Cinéma en Construction et Cinéma en Développement en contribuant à la présence des réalisateurs et producteurs dont les films ont été sélectionnés ainsi qu’à celle des professionnels du cinéma qui participent à ces dispositifs d’aide à la coproduction et à la post-production.

En ce début d'année 2010, 4 films des dernières sessions de Cinéma en Construction ont été sélectionnés en compétition officielle dans trois grands festivals internationaux :
- Contracorriente de Javier Fuentes-León (Pérou – Colombie), en Compétition Officielle à Sundance, Prix du Public
- Agua fría de mar de Paz Fabrega (España /Costa Rica / France), en Compétition Officielle à Rotterdam, VPRO Tiger Award
- Norteado de Rigoberto Perezcano (Mexique), Section Bright Future à Rotterdam, Prix de la Presse Hollandaise
- Rompecabezas de Natalia Smirnoff (Argentine/France), en Compétition Officielle à Berlin
Depuis l’année de la création de Cinéma en Construction, en 2002 :

-> 88 projets au stade de la post-production ont été présentés à des publics de professionnels

->  81 ont été terminés, 4 n’ont pu être achevés et 3 sont en cours de finalisation

-> 13 films ont été sélectionnés dans le cadre du Festival de Cannes et de nombreux autres dans des festivals de cinéma internationaux.

->  8 jeunes réalisateurs ont été lauréats de la Résidence de Cannes (Cinéfondation)

->  24 films ont trouvé distributeur en France 

-> 13 films ont trouvé distributeur en Espagne 

Les partenaires de Cinéma en Construction Rencontres Cinémas d’Amérique Latine / Festival de San Sebastián

Ateliers du Cinéma Européen (ACE) - Le Centre National du cinéma et de l’image animée (C.N.C) - Caisse Centrale d’Activités Sociales du personnel des industries électriques et gazières (C.C.A.S) - CinÉ CinÉma – La Cinéfondation - Confédération Internationale des Centres d’Art et d’Essai (C.I.C.A.E) – Conseil Général de la Haute-Garonne – Régional de Midi-Pyrénées – Crous Toulouse – CulturesFrance - Europa Distribution - École Supérieure d’Audiovisuel (E.S.A.V) - Fnac France et Espagne - Instituto Cervantes – Mac’tari - Marché du Film (Cannes) - Signis - Titra Film - Interreg Iii A France-Espagne

Agencia Espanola de Cooperación Internacional para el Desarollo (A.E.C.I.D) - Best Digital - Casa de America – Dolby - Kodak - Molinare Madrid - No Problem Sonido - Programa Ibermedia - Mediapro - Technicolor Entertainment Services Spain
Cinéma en Développement 5:plateforme de projets - 24 mars 2010
En partenariat avec ACE, la Cinéfondation et la Région Midi-Pyrénées.



Les réalisateurs présents à Toulouse pour accompagner leur film sélectionné par les Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse sont invités à présenter brièvement leur nouveau projet de film aux professionnels qui assistent à Cinéma en Construction.

Ce rendez-vous a été créé pour répondre à la demande de cinéastes qui sont en train de développer une prochaine réalisation et qui cherchent des producteurs et des coproducteurs.

cine sin frontera 2 : PASSERELLES entre l’amérique latine et l’europe - 23 et 24 mars 2010
Cine Sin Frontera (Cinéma Sans Frontière) est une formation destinée aux professionnels de la diffusion soutenue par l’Union Européenne, dans le cadre de son projet Media International.

Union de savoir-faire de partenaires, latino-américains et européens.

Fort du succès de la première édition, la CICAE, l'ARCALT, le FICV (Festival International de cinéma de Valdivia, Chili) et Europa Distribution en partenariat avec la FELCINE (un des rares réseaux de distributeurs et exploitants d’Amérique Latine) lancent la seconde édition de Cinéma Sans Frontières à l'attention des professionnels latino-américains et européens de la diffusion.

Le but : soutenir la diversité de l’offre cinématographique en améliorant la présence et la visibilité des cinématographies latino-américaines en Europe et européennes en Amérique Latine par le biais d’une formation et d’une mise en réseau.

Les partenaires de Cinéma Sans Frontières

Association Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse (A.R.C.A.L.T) - Confédération Internationale des Centres d’Art et d’Essai (C.I.C.A.E) - Europa Distribution - Festival Internacional de Cine de Valdivia (F.I.C.V) - Centro Cultural de Promoción Cinematográfica (C.C.P.C)

Programme MEDIA INTERNATIONAL de l'Union Européenne

Cineuropa - CROUS Toulouse - Eurochannel - LatAm cinema - Sono Toulouse Communication




Projet soutenu par l’action préparatoire MEDIA

International de la Commission Européenne

Les ateliers Cine Sin Fronteras s’ouvrent à Toulouse dans le cadre du festival des Rencontres Cinémas d’Amérique Latine.

Dans 3 semaines s’ouvriront à Toulouse les ateliers Cine Sin Fronteras avec le premier volet européen qui se déroulera dans le cadre du festival des Rencontres Cinémas d’Amérique Latine. Un second atelier aura lieu en octobre dans le cadre du Festival Internacional de Cine de Valdivia, où les participants européens rencontreront leurs collègues latino-américains.

Après la première édition qui a conduit à la création de la FELCINE, réseau de distributeurs et exploitants latino-américains regroupant 8 pays, les ateliers 2010 ont pour ambition d’approfondir la coopération entre l’Europe et l’Amérique Latine dans le secteur cinématographique. Grâce au
1   2   3

similar:

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconConoci m I e nto y habi L id a des g ener a les de L en g u a je y co m u n ic a cióN

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconDeforge (B.) Une vie avec Eschyle. (Verité des Mythes 35.) Pp. 304....

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconComme de l'eau dans l'huile: l'éducation et le mariage dans les récits...

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconSurtout ‘’La nuit du Décret’’, roman étudié dans un dossier à part
«rêver» à travers les récits de sa mère. Et, dès ce temps-là, a lecture a été son unique point de repère

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconSinopsis des de la nit dels temps, un home camina al davant del seu...

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconConsejo General de Educación des subdirección de ft

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs icon1. Transformaciones de la sensibilidad y des-ordenamiento cultural

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconDocumental y animacióN: realidad des-dibujada?

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs iconDemain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne

Pluralité des formes cinématographiques, de soutenir les créateurs latino-américains et d’attiser la curiosité des spectateurs icon1962 Tánger, Marruecos. Librairie des Colonnes






© 2015
contactos
l.exam-10.com